Connection

ArTempo 2010

artempo2010 affiche907

Acheter le DVD >>

"Artempo 2010" de Frédéric Lambolez et Jean-Marie Pernelle, 52', 2011, Production En Quête Prod
Avec le soutien du Frac Réunion et du Séchoir

Avec Artempo, l’Art part à l’assaut des espaces publics. Murs, places, ruelles, façades, jardins... La frontière entre arts vivants et arts plastiques s’estompe lorsqu’il s’agit de créer in situ des œuvres éphémères. Après une édition fondatrice en 2009, Artempo a été placé en 2010 sous le signe de la rencontre. Rencontre entre des publics, des artistes, des langages, des animaux, des personnages et des apparitions singulières.

JOëL HUBAUT

Invité d’honneur d’Artempo 2010 et auteur des signes épidémik, Joël Hubaut (joelhubaut.jujuart.com) présentait trois projets passablement givrés. Entre troc géant coloré, performance très rock&roll et dissémination d’animaux vivants au cœur du festival, la démarche de ce franc-tireur n'est pas passée inaperçue.

CLOMTROKOKO

Plasticien plastiqueur et saboteur de préjugés, l’explosif Joël Hubaut se dit « grossiste en Art » et concentre son travail autour du concept de l’épidémie et du mixage. Prolifération et hybridité des signes, des mots et de l’image sont des points de vue récurrents qu’il développe depuis plus de 30 ans.
Le Clomtrokoko ou «Troc Contre l’Ordre Moral» est une installation montée sur le principe d’un troc d’objets de couleur unie.
Tout au long du festival, le kiosque du Parc du 20 décembre (Village du festival) a accueilli ce dépôt-troc pas comme les autres.

TENT’RISME NOMADIQUE

Au détour d’une rue, un étrange personnage, mi-homme mi-bête, tire derrière lui un «home sweet home» à roulettes. Tout est normal. Avec Tent’risme Nomadique, Joël Hubaut et une dizaine de performers réunionnais ont été les auteurs d’un geste artistique très symbolique. Disséminés dans la ville, des animaux anthropomorphes nomades chargés de leur habitat ont errés et vécus leur quotidien sans domicile fixe à la vue de tous.
L’action, la performance et le corps sont les médias de cette intervention qui titillent le regard des passants.

TRANS éPIDéMIK SPIRIT

Créée spécialement pour Artempo, Trans épidémik Spirit est une performance résolument hors-cadre. Musiciens-squelettes, poésie sonore, montage video épileptique et mix technoïde... Voilà quelques ingrédients d’une création unique et éphémère, offerte à tous au coeur du Village du festival.

LIONEL LAURET

Une tribu virtuelle envahit la façade d’une large bâtisse saint-leusienne. Hommes et femmes, ordinaires ou extraordinaires, figures du passé ou corps contemporains, ils sont tous porteurs d’une identité propre.
En faisant s’entrechoquer leur image géante sur les murs de la place de la Mairie, l’artiste leur invente une identité collective. Au travers d’un jeu de présences et d’absences visuelles, il réveille les mémoires.
Le concept de «tribu» imaginaire est au cœur de l’oeuvre de Lionel Lauret (www.lionellauret.com), l’inventeur des boz.

PANDACREW

Peut-être avez-vous déjà croisé la silhouette d’un panda, incrustée dans le mobilier urbain de Saint-Leu ? Dans un noir et blanc sobre, l’animal se décline en compositions graphiques stylées. Au départ auteur d’un simple fanzine, le collectif Pandacrew (www.pandacrew.com) se diversifie sur le net et se répand dans la rue, sur les murs, les compteurs électriques...
Bref, suivant le sacro-saint principe du street-art, tous les espaces déclassés et délaissés par l’urbanité sont les supports potentiels d’expositions poétiques et libertaires. Pour le festival, le collectif a disséminé dans la ville son Panda fétiche sous forme d’affiches de toutes tailles. Deux affiches géantes, au K et à La Ravine, ont été également offertes à l’imagination du Crew. La chasse au Panda est ouverte!

WILHIAM ZITTE

Black is beautiful. Soit, en version créole par Wilhiam Zitte: Kaf lé joli.
Tout sauf consensuelle, l’oeuvre de Zitte évoque constamment l’image du Noir, la mémoire de l’esclavage et la créolité. Inventeur de «l’artcréologie», il fait apparaître des personnages au pochoir privilégiant une économie de moyens propre à une diffusion hors des sentiers battus. Pour Artempo, il investit Art Senik qui accueille ses Ti Bon Dyé, ses Tèt kaf et sa graphie pictographique.
Franky Lauret, Sophie Rotbard, Patrice Treuhardt, Daniel Vabois : chaque soir, un artiste était convié pour une rencontre autour du mot, de la langue et de l’image. Ou rèv ou krèv ou le fonnkèr d’un artiste saint-leusien pour sa ville.

BOOGIE & KID KREOL

Issus du street art, Kid Kréol et Boogie (www.flickr.com/photos/boogiekidkreol/) sont de plus en plus repérés par le public réunionnais. Ils ont imaginé la ré-apparition d’âmes errantes, présences fantomatiques "flottantes" qui apparaissent au hasard des rues.

 

Partenaires :

Le Séchoir Frac Réunion

Connection or Inscription