Connection

Artempo 2011

 

Achetez le DVD >>

"Artempo 2011" de Frédéric Lambolez et Jean-Marie Pernelle, 26', 2012, Production En Quête Prod
Avec le soutien du Frac Réunion et du Séchoir

11 AU 14 MAI 2011 / ST-LEU avec CATHERINE BAŸ / XAVIER DANIEL ET GUILLAUME LEBOURG / RICHARD VILDEMAN / BAPTISTE VIGNOL & JEAN-MARC GRENIER
Créer du partage et de la rencontre à partir d’aventures artistiques intégrées à l’espace public, c’est la mission que s’est fixée Artempo. En faisant le choix d’intervenir de façon nomade et éphémère dans la ville, Artempo tente de créer un rapport entre art et société, de favoriser les échanges entre les disciplines et de sortir des cloisonnements. Mettant l’accent sur la « performance », cette édition 2011 fait la part belle aux rencontres avec l’improbable au détour d’une rue.

Grâce aux artistes, l’espace public devient espace du débat, de la confrontation et donc de l’affirmation de l’individu. Quatre performances, trusives, interactives ou ludiques vont marquer de leur empreinte le temps et l’espace du Tempo festival. Ces zones de frottements vont faire souffler un vent de liberté au sein d’un festival qui a toujours aimé tenter l’impossible.

BLANCHE NEIGE

CATHERINE BAY (PERFORMANCES FRANCE-RÉUNION)
Les Blanche Neige que Catherine Baÿ imagine, jouent à la marge, aux limites indécidables pour elle de la danse, du théâtre, du mime. Accompagnée dans ce work in progress par une quinzaine de réunionnaises, Catherine Baÿ (catherinebay.blogspot.com) revisite le conte de Blanche Neige (www.blanche-neige.fr) à travers des performances qui se composent en lien direct avec les lieux et les territoires investis.

« Ma condition…
Si l’on parle de moi à la télé
c’est pour dénoncer les excès de…
tendresse, de vertu et de haine.
Je suis un héros populaire emprunté 3 350 000 fois l’année
Âgée de 2O1 ans
Mon histoire est celle de la répétition
Autant de princes charmants que d’histoires vécues
Je dors plus que je ne vis
J’attends plus que je ne dors
Ma vie ne tient que parce que l’on veut bien m’emprunter
Je suis une histoire à répétition »

Extrait livret / Pour X interprète(s) et N interprétations / Catherine Baÿ, 2001.

LE DERNIER SALON OÙ L’ON CAUSE

XAVIER DANIEL ET GUILLAUME LEBOURG COLLECTIF ART-MARRON (INSTALLATION, PERFORMANCE, LA RÉUNION)
Au détour d’une rue, vous tombez sur un ensemble canapé-fauteuil-table basse qui détonne dans l’environnement urbain. Tout est pensé pour que ce salon « sauvage » soit confortable et intime. Cet intérieur d’extérieur cosy n’attend que vous (et inversement). Des artistes et des penseurs vous invitent à engager la conversation au cours d’échanges libres et ouverts.

C’est Le Dernier salon où l’on cause.

Xavier Daniel (www.xavierdaniel.fr) et Guillaume Lebourg (www.guillaumelebourg.com), plasticiens décalés oeuvrant sous la banière Art-Marron, souhaitent modifier notre perception de l’espace public. En générant simplement le dialogue dans la rue, ils repositionnent l’agora au coeur de la cité. Ce salon particulier se pose au hasard des rues pendant le festival… A vous de le débusquer !

DANS LES YEUX D'ALAIN DELON

BAPTISTE VIGNOL & JEAN-MARC GRENIER (PROJECTION / DIAPORAMA, RÉUNION)
Alain Delon est grand. Il est partout et nulle part. Alain Delon est le français ultime, l’homme adulé. Accessoirement, il a aussi été la griffe d'une collection de lunettes de soleil dans les années 80. Depuis, la ligne a fait long feu mais le mythe, lui, est demeuré bien vivant «all around the world». Un petit gang de créateurs azimutés, basés à La Réunion, a eu l’idée saugrenue de créer le site photographique danslesyeuxdalaindelon.com. Quiconque chausse ces montures signées AD endosse illico l’aura de l’Acteur. Célébrités ou anonymes du monde entier se succèdent devant l’objectif et font naître l’idée d’une communauté de V.I.P. Après une participation à la Nuit Blanche de Paris, les clichés vont apparaître sur un mur st-leusien. À quoi ressemble le monde dans les yeux d'Alain Delon?

LA SOMME DE TOUTES LES GUERRES

RICHARD VILDEMAN (COLLAGE, LA RÉUNION)
« La somme de toutes les guerres » est une oeuvre de grande dimension composée spécialement pour un mur de la ville. Prenant en compte l’architecture du lieu, le plasticien Richard Vildeman (vildeman.artblog.fr) met en situation des images à forte charge symbolique. En résonance directe avec la marche du monde, la création qu’il affiche pendant le festival intègre des images familières, reliées à l’imaginaire collectif. Appropriation d’images et d’oeuvres d’art célèbres, appropriation de surfaces urbaines…
Richard Vildeman aborde un sujet double dans une démarche marquée inévitablement par les codes du street art.

 

Partenaires :

Le Séchoir Frac Réunion

Connection or Inscription