Connection

Je veux ma part de Terre - Île de la Réunion

Souscrire au projet >>

"Je veux ma part de Terre" de Frédéric Lambolez et Jean-Marie Pernelle, 52', 2017, Production En Quête Prod/TVFil78
(En production - Tournage en cours)

Malgré sa bonne volonté, Olivier, tout jeune agriculteur de l'île de la Réunion est confronté aux pires difficultés pour lancer sa toute nouvelle exploitation bio et lorsque, exaspéré, il commence à remettre en cause la culture emblématique de l'île, la canne à sucre, ses problèmes ne font qu'empirer. C'est tout un système qui se dresse face à lui, à commencer par sa propre famille !

Résumé

Olivier, jeune agriculteur réunionnais, veut se lancer dans la culture bio. Issu d'une famille de planteurs de canne à sucre, il rêve d'une île « libérée » qui pourrait sortir de ses vieux démons et développer une agriculture saine au service des réunionnais. Malgré son enthousiasme, les difficultés s'accumulent et Olivier ne parvient pas à trouver une parcelle à exploiter. En attendant, avec l'aide de son ami Marco et du groupement BIO réunionnais, Olivier tente de sensibiliser la population et les agriculteurs traditionnel aux avantages du bio. Mais les réticences sont fortes et Olivier se heurte à un mur d’incompréhension jusque dans sa propre famille qui refuse de remettre en cause une histoire « d'amour » de plusieurs siècles avec la « canne ». Quelques soit l'issue de ses démarches, l'histoire d'Olivier est un acte de résistance dont ce film se fait l'écho.

Intention des réalisateurs

Installés depuis 20 ans sur l'île de la Réunion, nous avons subi de nombreux changements sociétaux. Sur cette île française de l'Océan Indien, les transformations ne se font pas dans une temporalité normale. Tout est brusque et brutal. Du jour au lendemain, une nuée de scooter pétaradant naissent comme par enchantement dans le paysage réunionnais auparavant calme et tranquille, les toits se couvrent de paraboles. Soudain, sur les marchés, apparaissent des tomates calibrées sans « défaut » mais sans saveurs, des oignons gros comme des poings se retrouvent sur les étals, les fast-foods entament la marche vers la mal-bouffe, la voiture devient indispensable... Les réunionnais, eux, subissent sans rien dire et puis c'est la modernité qui veut ça, pourquoi n'aurions nous pas ce qui est la norme en France métropolitaine ? Kom di kréol : nou lé pa plis, nou lé pa moin. De notre point de vue, toutes ces transformations ont été imposées aux réunionnais sans qu'on leur demande vraiment leur avis, en s'appuyant sur une organisation de la société où seul l'avis des élites est susceptible d'être écouté et suivi. Ici, la citoyenneté reste un vain mot et encore un espace à conquérir. Et les réunionnais doivent prendre leur place dans les débats de société qui animent la Réunion pour ne pas laisser les « notables » seuls, décider de l'avenir de l'île.

Ce documentaire explore la possibilité d'une autre voie à travers un personnage principal, Olivier, jeune agriculteur réunionnais qui désire cultiver BIO dans une île où les mentalités ne sont pas encore prête à changer. Ce film a le même caractère engagé et citoyens que tous nos films documentaires précédents mais il est en rupture complète au niveau de la narration et de la mise en image.

Connection or Inscription